« Oses, fais quelque chose que tu n’as jamais osé faire ! »

LoftyVous avez été intrigué par le titre et vous avez cliqué ? C’est une bonne nouvelle pour vous, notamment si vous avez l’impression de stagner dans ce que vous entreprenez. Cet article est une anecdote, celle d’un doute effacé par l’audace. J’espère que cette histoire vous apportera autant que m’a apporté son expérience. 

Je suis entrepreneure et j’ai rencontré il y a quelques semaines de cela un petit creux dans mon activité, autrement appelé passage à vide… Bref, cette période pas très agréable où tout nous fait défaut : les clients ne se bousculent pas au portillon, on se pose plein de questions, notre idée est nule… Bref, tout pour broyer du noir, c’est la fin du monde, quoi… 

Un soir, j’ai échangé avec Eric, une personne de mon entourage professionnel. C’est une personne qui réussit brillamment ce qu’il entreprend et que j’estime particulièrement. Je lui ai fait part de ma situation et, au terme de la discussion, je lui ai demandé ce qui, selon lui, me manquait.

Il a réfléchit un long moment, puis a répondu : « La patience ». Et il a ajouté cette phrase qui m’a beaucoup fait réfléchir et qui m’anime depuis : « Et la conviction. Tu dois forger ta conviction. Oses ! Fais des choses que tu ne ferais pas d’ordinaire. Si tu rêves de telle ou telle voiture, vas l’essayer ! Si tu rêves d’une grande villa à 1 million d’euros, vas la visiter ! Bien sûr que tu n’en as pas les moyens aujourd’hui, mais c’est comme ça que tu te rapprocheras de tes rêves ». Et il est parti, me laissant comme une nouille au milieu du plat.

Autant vous dire que je n’ai pas bien dormi cette nuit-là… Je ne comprenais pas complètement le sens de sa réponse. Toujours est-il que cela avait réveillé en moi l’envie de me dépasser. 

Dès le lendemain, j’ai décidé de me mettre à l’action. Plus exactement, mon compagnon et moi allions nous mettre à l’action, nous allions oser.

Une voiture ? Une maison ? Qu’est-ce qui nous faisait le plus envie ? Nous nous sommes pris au jeu et nous sommes mis à rêver. Et nous avons tranché : nous allions visiter un loft  à 900 000 €, typiquement le genre de bien dont nous rêvons mais qui nous est inaccessible !

Sur le moment, ça paraissait drôle et léger. Et au fur et à mesure que le temps passait, cette décision s’imposait à moi comme un défi de plus en plus dur à relever. S’il s’agissait pour mon compagnon d’un jeu auquel il s’est pris toute l’aventure durant, ce fut en revanche pour moi un véritable effort. Je trouvais difficile l’exercice de sortir de ma zone de confort pour annoncer avec aplomb que « oui, oui, à 25 ans, nous avons un budget de 900 000 € » à l’agent immobilier (alors qu’en réalité, nous avons parfois tout juste de quoi remplir le frigo 🙂 ). Je redoutais aussi de rentrer dans une maison que nous savons ne pas être à portée de budget, en palper les qualités et peut-être en ressentir une grande frustration. 

J’ai alors repensé aux propos d’Eric et je me suis dit que je devais essayer au moins, pour voir et comprendre ce qu’il avait voulu me faire comprendre en me proposant ce défi. Aussi, j’ai décidé de franchir le pas dès le lendemain afin de ne pas avoir le temps de changer d’avis (chose qui n’aurait pas mis longtemps à arriver…). 

Et nous l’avons fait.

Après avoir longuement débattu sur la tenue appropriée pour l’occasion, nous nous sommes rendus dans la grande ville la plus proche de chez nous et nous avons exposé notre demande à la première agence immobilière que nous avons trouvé sur notre chemin : une grande maison de caractère, type loft, si possible avec piscine (bah attends, eh oh !). Tout ça avec l’aplomb nécessaire à faire passer la pilule à l’agent immobilier. Un quart d’heure et le rendez-vous était pris pour visiter plusieurs maisons la semaine suivante. 

Le jour-J, nous avons visité quatre maisons. Ou plus exactement deux maisons, un appartement et un loft. Tous à plus de 800 000 €. Étrangement, trois d’entre eux, bien que tout à fait magnifiques, n’ont pas retenu notre attention, même si nous avions eu le budget nécessaire. En revanche, nous avons flashé sur le loft. Un endroit merveilleux, chaleureux, accueillant… (fin de phrase censurée pour motif suivant : emploi de superlatifs trop envahissant). 

C’est à ce moment que j’ai compris ce que voulait m’enseigner Eric : quand on met un pied dans son rêve, on fera tout pour y mettre le deuxième. En visitant ce loft, nous avons compris que nous ferions tout notre possible pour nous offrir un bien de ce type un jour. Ça prendra le temps que ça prendra, mais nous savons où nous voulons aller, et nous savons combien nous devons gagner pour y parvenir (il va falloir bosser 🙂 ). Voir nous a permis de donner de la grandeur et du concret à notre rêve. Ça le rend aussi plus accessible.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? 

Je vous encourage à foncer ! Soyez ambitieux, mettez un pied dans vos rêves. C’est comme ça que font ceux qui « réussissent ». Osez être de ceux qui relèvent les défis que la vie met sur leur chemin.

Ce soir là, en comprenant ma philosophie, Eric avait appuyé là où il fallait pour susciter en moi suffisamment de motivation pour agir. Il avait lancé l’appel qui m’invitait à me dépasser. L’appel au rêve est un puissant moteur, alors osez, rêvez, osez rêver ! 

« Soyez fous, soyez affamés ! » – Steve JOBS 

Marion CHAULOUX 

Plus sur l'auteur

Retrouvez-moi également sur les réseaux sociaux ! 

Facebook

images

google plus logo responsive

 Et découvrez mon site Internet ici : www.dynamo-neocom.fr

Capture

Publicités

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s