7 règles d’or pour bien démarrer votre activité en freelance

Je veux devenir freelanceVous vous sentez l’âme d’un aventurier et vous avez envie de voler de vos propres ailes ? Vous avez une compétence particulière sur laquelle vous pourriez bâtir un business ? Parfait ! Il se pourrait bien qu’il y ait du « freelance » en vous !

« Freelance : quelqu’un qui vend ses services à un employeur sans contrat à long-terme. Il est généralement rémunéré à l’heure, au jour ou à la mission et travaille bien souvent seul » 

Freelance, consultant, travailleur indépendant… Plusieurs mots qui, au final, disent la même chose et résument l’ampleur de l’étendue grandissante de ces « statuts » dans de nombreux domaines. En effet, ces dernières années ont vu apparaître un véritable engouement pour ces métiers. Et pour cause, exercer un travail qui nous plaît à temps choisi et être rémunéré pour ça, ça semble plutôt attirant, non ?

Graphistes, webmasters, architectes, développeurs, informaticiens… de plus en plus de professionnels se lancent dans l’expérience du « freelancing ». Et vous, ça vous tente ?

Il y a des règles à connaître avant de se lancer dans le grand bain, dans lequel vous devrez apprendre à nager pour ne pas couler. C’est ce que je vous propose de découvrir aujourd’hui. Ensemble, partons à la conquête des 7 règles d’or pour bien démarrer votre activité en freelance ! 

 

 

Règle n° 1 : « structurer pour mieux gagner »

Freelance qui se la coule douceJ’imagine que si vous en êtes en train de lire cet article, c’est qu’à un moment donné, l’idée de devenir freelance vous est passée par la tête (je ne prends pas trop de risques en disant ça…).

A l’heure actuelle, vous êtes peut être salarié ou étudiant, et réalisez peut être en parallèle de votre activité première des tâches en freelance auprès de votre famille ou de vos amis. Sachez que quand cette activité tend à devenir régulière, il est beaucoup plus prudent et judicieux de structurer votre activité. Ne soyez pas effrayé par cette phrase. Structurer ne veut pas toujours dire investir des milliers (millions ?) d’euros dans des bâtiments, des stocks, du personnel. C’est d’autant plus vrai pour les freelances, qui démarrent bien souvent leur activité avec peu d’investissement et de moyens. En plus, structurer, dans votre cas, se réduit au simple fait de remplir un formulaire en ligne ! Pas de panique, donc.

Règle n°2 : Entourez-vous, misez sur le réseau

« Youpi, je suis enfin FREELANCE ! » 

Ça y est, vous êtes dans le bain après avoir passé avec succès la première épreuve : celle des démarches administratives. Vous avez rempli votre formulaire, reçu votre code APE, votre numéro de SIRET (« tu la sens, la fierté, là ? »), tout le monde est désormais informé du début de votre aventure en solitaire. Et hop, vous vous retrouvez à votre bureau, devant votre ordinateur (généralement, c’est la phase où vous vous sentez fort comme Rocky, invicible comme Iron Man, et prêt à affronter les pires embûches).

Livré à vous-même, vous allez devoir partir à la recherche de vos premiers clients. Et là, généralement, c’est la première phase de retour sur Terre…

Phase 1 : "Je suis freelance, ok ?"

Phase 1 : « Je suis freelance, ok ? »

Phase 2 : "Ils sont où mes clients ???"

Phase 2 : « Ils sont où mes clients ??? »

La constitution d’un réseau professionnel est très importante dans votre activité d’indépendant. Par expérience, je dis même qu’elle vaut beaucoup plus qu’une campagne de mailing ou phoning avec un très faible taux de retour. Vous vous rendrez compte très vite que c’est essentiellement par votre réseau que vous trouverez vos clients. Le bouche à oreille est la principale source de business dans les métiers d’indépendants.

Pour constituer votre réseau, trouvez vos futurs prescripteurs. Commencez par votre entourage : famille, amis, anciens collègues de travail… Dites-leur simplement que vous vous lancez dans une nouvelle activité et que vous cherchez vos premiers clients. Les gens aiment s’investir et encourager les projets naissants.

Google Maps est aussi un outil formidable pour vous aider dans cette tâche ! Il vous permet de faire apparaître en un clic toutes les entreprises d’un secteur d’activité autour de chez vous. Contactez-les, rencontrez-les autour d’un café et présentez vous tour à tour. Voyez ce que vous pouvez faire ensemble. Parfois, vous trouverez de véritables sources de business, d’autres fois, ces rencontres n’aboutirons pas. L’essentiel, c’est de vous faire connaître et que les gens puissent vous recommander, tôt ou tard, à leurs propres clients.

Sachez vous entourer des compétences que vous n’avez pas. Plutôt que faire médiocrement les tâches sur lesquelles vous n’êtes pas expert, déléguez-les. Le gain de résultat est nettement meilleur en procédant ainsi. N’oubliez pas qu’en cas d’erreur, vous travaillerez gratuitement pour la corriger, ce qui n’est pas très confortable…

Construire votre réseau est un travail qui se fait dans la durée, au fur et à mesure des rencontres. Mais n’oubliez pas qu’un réseau s’entretient ! Un petit mail de fin d’année, un rendez-vous de temps en temps pour renforcer le contact… Passez du temps avec votre réseau, faites-le vivre. Ne vous fixez pas de limites, osez aller à la rencontre des gens. 

Règle n°3 : Ne cessez jamais de vous former

Votre objectif : devenir LE spécialiste, le référent dans votre domaine. Vous devez avoir pour objectif d’être reconnu comme un expert. Les clients feront appel à vous pour répondre à un besoin très précis. 

Vous devez donc imposer votre expertise au marché. Comment ? Cela peut passer par des outils comme le blog, la rédaction d’articles dans les magasines professionnels, la rédaction d’un livre blanc que vous mettrez à disposition de vos clients, des interventions en conférences ou dans des écoles spécialisées…

Si vous avez un site Internet, vous pouvez également faire apparaître les avis de vos premiers clients satisfaits, ce qui aura pour effet de rassurer les prochains. 

Règle n°4 : Evaluez votre juste prix et imposez-le

« A combien dois-je fixer mes prix ? »

Cette question est l’une des plus fréquentes chez les futurs freelances. Evaluer son juste prix est en effet un exercice difficile, mais indispensable. La notion de prix est étroitement liée à la notion de qualité imaginée par le client, qui peut se résumer de cette manière : si votre prix est élevé, c’est de la qualité ; si votre prix est faible, c’est du bas de gamme.

Prêtez-vous sérieusement à cet exercice, car il sera toujours compliqué de faire évoluer vos prix par la suite.

Voici la démarche que je vous propose de suivre pour déterminer votre taux horaire :

  • Regardez ce qui se fait autour de vous. Que font vos concurrents ? A quels prix ?
  • Positionnez-vous par rapport à cette concurrence. Vos services sont-ils plus ou moins complets ? Etes-vous sur le même niveau de valeur ajoutée ? Est-il cohérent de facturer le même tarif ? Plus cher ?
  • Ajustez votre prix à vos besoins financiers (abonnement téléphonique, alimentation, loisirs, emprunt maison/loyer…).
  • Intégrez les cotisations sociales prévisionnelles dans votre calcul.
  • Tenez compte des futurs jours d’inactivité (temps consacré à la prospection, vacances, maladie…).
  • Ajoutez-y la marge ou le bénéfice que vous souhaitez et qui vous semble cohérent.

Le tableau ci-dessous vous aidera à effectuer ce calcul.

(Cliquez sur l’image pour l’agrandir). 

Freelances, concultants, indépendants... évaluez votre coût horaire

Dans cet exemple, si vous souhaitez une rémunération nette de 3000 €, en travaillant 7 heures par jours, 21 jours par mois, votre taux horaire s’élèvera à 57 € (soit 400 € par jour).

Lorsque vous établirez un devis, prenez en compte une marge de délais, car il arrive souvent que le volume de travail soit sous-évalué au départ et il est toujours délicat d’imposer une hausse de tarif à votre client, sous prétexte que vous n’aviez pas prévu ce scénario.

"Surprise !"

 Surprise ! 

Mon conseil :

Même si je vous conseille de détailler votre devis, faites attention à ne pas trop en dire avant la signature, au risque de donner à votre client des conseils gratuits et des clés pour tenter de réaliser le travail par lui-même. Votre objectif est de donner envie au client de travailler avec vous en vous rendant indispensable dans la réalisation de la mission. Mon astuce : mêler au devis des termes simples qui reprennent les mots clés utilisés par le client (pour lui montrer que j’ai bien compris sa demande) et des termes techniques (qui lui feront comprendre qu’il ne peut pas se passer d’un spécialiste pour réaliser sa mission).

Règle n°5 : Soyez à l’écoute de vos clients et du marché

L’écoute du client est la phase la plus importante de la relation avec celui-ci. Vous allez devoir, dans un laps de temps relativement court (un, deux, voire trois rendez-vous), comprendre de manière très précise le contexte dans lequel vous intervenez :

  • l’activité du client
  • le contexte interne et externe
  • la problématique
  • le besoin
  • la nature de votre intervention (en termes de travail, mais également de budget, de temps, de moyens matériels et humains)
  • le degré de précision et d’implication attendu

Le premier rendez-vous doit vous permettre d’avoir tous les éléments nécessaires au bon déroulement de votre mission. Il en va de votre capacité à faire parler le client et à l’inciter à détailler les points qui méritent de l’être. Une mauvaise compréhension de votre part peut conduire à des résultats complètement en décalage avec les attentes du client, et donc à une insatisfaction.

"Mais ce n'est pas du tout ce dont nous avions convenu !"

« Mais ce n’est pas du tout ce dont nous avions convenu ! »

Soyez aussi très attentif au marché. Repérez les événements, salons, tendances qui peuvent être source de business pour vous. Soyez curieux et persévérez. Votre métier est soumis à des tendances de marché qui favorisent le travail par cycles. Ne soyez donc pas désespéré de ne pas avoir de travail pendant 1 mois, et attendez patiemment le mois suivant (qui peut vous apporter plusieurs clients en même temps…).

Règle n°6 : Instaurez un climat de confiance avec vos clients

Soyez francs et sincères avec vos clients. Vous allez certainement être amené à travailler plusieurs semaines, voire plusieurs mois, pour/avec/dans une entreprise, alors autant que cela se passe pour le mieux et dans une bonne ambiance.

Soyez clairs sur vos motivations. N’essayez pas de sur-estimer votre valeur. Au contraire, donnez plus que la promesse. Une action en plus que ce qui a été prévu dans le devis est toujours bien perçue.

Et s’il peut arriver que vous fassiez une erreur, le client vous en tiendra moins rigueur si vous savez vous remettre en cause et réparer l’erreur commise.

Sachez aussi mettre des limites pour ne pas être constamment sollicité par un client dont l’imagination débordante sera tentée de toujours rajouter des éléments supplémentaires à votre travail, au risque d’exploser les délais et le budget. Si besoin, rappelez lui la teneur de votre intervention en lui montrant le devis qu’il a signé.

Confiance freelance

« Non, non, non Michel, ce n’était pas prévu au devis »

Règle n°7 : soyez visible

Bien souvent, les freelances travaillent depuis leur domicile ou directement dans les entreprises qui les missionnent. Ils n’ont donc pas de vitrine avec devanture pour se présenter publiquement. Difficile, dans ces conditions, d’attirer le client à vous. A vous d’aller à eux !

Soyez visible là où sont vos clients et votre réseau : les salons, les foires, les expositions, les événements liés à votre activité, les petits déjeuners d’entrepreneurs dans votre ville… Soyez là où ça se passe, là où ça bouge. Faites partie de ceux qui animent ces événements, rencontrez des personnes influentes. 

Utilisez également les outils numériques tels que les annuaires en ligne par exemple, qui augmentent votre visibilité et votre notoriété.

Le site Internet est indispensable dans votre activité ! Saviez-vous que 70 % des clients consultent le site Internet avant de contacter un freelance ? Misez sur la qualité de votre site pour transformer ces visiteurs en clients.

Enfin, les réseaux sociaux sont aussi un très bon vecteur de business pour les professionnels (pour en savoir plus à ce sujet, je vous recommande de lire l’article : Professionnels, voilà pourquoi vous DEVEZ être sur les réseaux sociaux…). Pourquoi s’en priver ? 

Et vous, pourquoi avez-vous choisi de devenir freelance ? Votre témoignage m’intéresse, parlons-en ! 

Marion CHAULOUX 

Plus sur l'auteur

Retrouvez-moi également sur les réseaux sociaux ! 

Facebook

images

google plus logo responsive

 Et découvrez mon site Internet ici : www.dynamo-neocom.fr

Capture

Publicités

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s